Orsu Ghjuvanni Caporossi

Cronica di A CORSICA













La dernière phase du Mégalithique, s'étend de 1400 à 1200 avant Jésus Christ. Les sociétés insulaires évoluent, inéluctablement. Les manifestations architecturales de ces peuples de l’Age du Bronze se transforment, progressent et se précisent. Le premier signe distinctif de cette évolution est l'apparition, de statues menhirs portant des épées ou poignards en bas relief, parfois des cuirasses, ceintures ou baudriers. Ces statues menhirs apparaissent à Filitosa, à Cauria et ailleurs, préfigurent l'entrée de la Corse dans la Protohistoire.

Les Shardanes seraient un des Peuples de la Mer, qui attaquèrent l'Egypte au début du deuxième millénaire avant Jésus Christ. Sur l'origine des Shardanes, on est réduit aux conjectures. Certains en font l'un des peuples d'une confédération qui comprenait aussi les Libyens. Certains d’entre eux, les Achéens, Torréens et Nuragiques, débarquent dans les régions du sud, dans les golfes de Porti Vechju, Santa Mansa, Valincu... Ils se répandent et occupent tout le sud de la Corse. Hostiles aux insulaires, dont le mode de vie est complètement différent, et qu’ils dérangent, ils dressent, en s’installant dans les basses terres fertiles et tout au long de leur progression vers l’amont, une chaîne de monuments circulaires fortifiés, les Torre... Il s'agit de tours, toujours circulaires, faites de gros blocs de pierre (dont certain pèsent plusieurs tonnes), d'une hauteur qui peut atteindre sept mètres et couvertes soit d'une voûte, soit d'une charpente. L'intérieur est composé tantôt d'une unique cellule, tantôt de niches secondaires latérales. Le diamètre total varie de dix à quinze mètres. Ces tours sont toutes rassemblées au sud d'une ligne Aiacciu Porti Vechju (ligne qui semble marquer la limite septentrionale du Mégalithique). On en trouve à Foce, à Balistra (Moca'Croci), à Filitosa, à Cucuruzzu ( Livia), à Torre, à Porti Vechju, à Tappa et à Ceccia. Leur fonction paraît évidente: ce sont des monuments culturels où l'on célébrait quelques divinités par des offrandes et des libations et où l'on enterrait et brûlait les morts. Enfin, la date de construction de ces tours oscille entre 1500 et 1200 avant Jésus Christ.

La Civilisation Torréenne se caractérise par des ensembles fortifiés, tantôt à proximité, tantôt à l'écart des Tours qui témoignent d'un long conflit qui occupe la seconde moitié du deuxième millénaire, et qui opposa les autochtones aux envahisseurs.

On imagine cependant que les Torréens sont venus se superposer à un peuplement primitif. D'où qu'ils vinssent, ils étaient essentiellement des guerriers. Ce qui explique l'apparition des armes sur les statues menhirs qui les représentent. L’hostilité des populations locales engendre un conflit entre les groupes. Il y a là une lutte entre deux types de civilisations: celle agropastorale des Protocorses et celle, pastorale aussi, mais plus guerrière des Torréens. Les modes de vie également sont différents: inhumation chez les premiers, incinération chez les seconds, interdiction de représenter la figure humaine chez les Torréens, tandis que les autochtones, au contraire, la sculptent sur leurs menhirs. D'où ces luttes constantes et l'habitude prise par les indigènes de sculpter les armes sur les statues menhirs qui représenteraient ainsi l'ennemi vaincu.

Luttes où les envahisseurs auront le dessus. Moins nombreux mais plus évolués, les Torréens vont détruire d’une manière systématique la civilisation mégalithique des vaincus, repousser ces derniers vers le Nord de l'Ile, ce qui expliquerait la présence de statues menhirs à Santu Petru di Tenda et à Barbaghju Patrimoniu.




D'après Laurent Bianchi et Simon Grimaldi