Orsu Ghjuvanni Caporossi

Cronica di A CORSICA


























564 ou 562 (avant Notre Ere):

Des Phocéens (Grecs) chassés de Phocée par les Perses, s'installent à Alalia, l’ancienne Alaliê, et y fondent un comptoir à l'embouchure du Rhotanos (le Tavignanu). Ils n'ont pratiquement pas de contacts avec les indigènes.

540 (avant Notre Ere):

Grâce à ses nouveaux arrivants et à leur génie du commerce, Alalia, la cité du sel, devient bientôt une terre riche. C'est l'époque de l'AGE de FER. La Corse va passer de la PROTOHISTOIRE à l'HISTOIRE.

535 (avant Notre Ere):

Bataille d'Alalia: Carthaginois et Etrusques chassent les Phocéens de Corse. Ils s'installent dans l'Ile, autour d’Alalia.
Alalia devient un comptoir commercial cosmopolite prospère.
Importation de céramiques de l'Italie et de la Grèce.

509 (avant Notre Ere):

Présence des Romains en Corse, dont un traité avec les Carthaginois stipule que la Corse est neutre entre Romains et Carthaginois.

503 (avant Notre Ere):

Suite à un traité avec Carthage, début d'une présence romaine à Alalia.

490 ou 474 (avant Notre Ere):

C'est au cours de la guerre qui oppose GELON de SYRACUSE (540,478) aux Carthaginois, que les Syracusains font leur première incursion en Corse.

460 (avant Notre Ere):

Très grande prospérité d'Alalia.
HERODOTE (484,420) signale que des habitants de Kurnos (du nom de CYRNOS, fils d’HERCULE, selon lui) figurent parmi les mercenaires que Carthage emploie en Sicile.

458 (avant Notre Ere):

Les Syracusains, au cours d'une bataille contre les Etrusques, ravagent la Corse.

453 (avant Notre Ere):

APPELLES, amiral syracusain, débarque dans la baie de Porti Vechju, et fonde un port qu’il nomme Portus Syracusanus.

384 (avant Notre Ere):

DENYS de SYRACUSE (405,367), successeur de GELON, poursuit la guerre contre les Carthaginois. Il occupe l'île d'Elbe et la côte orientale de la Corse.

348 (avant Notre Ere):

Traité entre Rome et Carthage, stipulant la neutralisation de la Corse.

306 (avant Notre Ere):

Suite à un nouveau traité avec Carthage, Rome tente de fonder une colonie en Corse.

300 (avant Notre Ere):

THEOPHRASTE (372,287), le philosophe grec, cite les golfes et criques de Corse.

278 (avant Notre Ere):

Les Puniques (Carthaginois) s'adjugent Alalia.

271 (avant Notre Ere):

Confirmation de la présence des Carthaginois qui renforcent leur position en Corse.
Le poète grec CALLIMAQUE (310,235) parle de Kurnos la Phénicienne.

270 (avant Notre Ere):

Fin de la main mise carthaginoise en Corse.

264 (avant Notre Ere):

La première expédition romaine en Corse est décidée dès le début de la première Guerre Punique.

260 (avant Notre Ere):

Le consul romain, LUCIUS CORNELIUS SCIPIO fils de LUCIUS BARBATUS SCIPIO, est chargé par le Sénat de Rome de faire la conquête de la Corse.

259 (avant Notre Ere):

LUCIUS CORNELIUS SCIPIO met en fuite la flotte carthaginoise, commandée par l’amiral HANNON, et s'empare d'Alalia, qui devient Aleria (les habitants en sont les Alerini). Cette dernière devient la tête de pont de l'emprise coloniale romaine en Corse. Les habitants colonisés de l'Ile se plient aux lois de Rome, les autres, soutenus par les Carthaginois, entament une longue et difficile résistance.
Le nom de la Corse, Kurnos, devient Corsica.
LUCIUS CORNELIUS SCIPIO, lorsque le besoin s’en fait sentir, enrôle des légionnaires corses, engagés sous forme de cohortes auxiliaires, afin de combattre les Carthaginois.

241 (avant Notre Ere):

Les Carthaginois, vaincus, signent un traité avec les Romains, dans lequel ils abandonnent la Sicile et l’Italie, mais où il n’est pas question de la Corse.

238 (avant Notre Ere):

Nouvelle révolte indigène, et nouvelle expédition romaine avec, à sa tête cette fois ci, le consul TIBERIUS GRACCHUS.
La Sardaigne et la Corse sont réunies en province romaine (la Deuxième, la Première étant la Sicile).

236 (avant Notre Ere):

Le consul CAIUS LICINIUS VARIUS veut achever la soumission de l'Ile. Son délégué MARCUS CLAUDIUS GLICYA, ou CLINEAS, pactise avec les Corses. Malgré cet accord, CAIUS LICINIUS VARIUS guerroie tout de même contre ces derniers et les soumet. Le Sénat livre alors MARCUS CLAUDIUS GLICYA aux Corses, lesquels le renvoient à Rome où il est mis à mort.

235 ou 227 (avant Notre Ere):

Le consul TITUS MANLIUS TORQUATUS est envoyé par Rome pour soumettre définitivement la Corse et la Sardaigne. Il dispose pour cela d’une expédition de cinq mille fantassins et de 400 cavaliers. La résistance des insulaires est très dure, ce qui provoque la cinquième expédition de Rome en Corse.

234 (avant Notre Ere):

Le consul SPURIUS CARVILIUS est le chef de la cinquième expédition romaine envoyée en Corse par le Sénat de Rome, mais celle-ci est mise à mal par une tempête.

233 (avant Notre Ere):

Le consul romain SPURIUS CARVILIUS MAXIMUS oblige tous les navires carthaginois à quitter les îles de la Méditerranée occupées par les Romains, puisque les ports appartiennent à ces derniers.

232 (avant Notre Ere):

Un jeune romain, du nom de CRISTINUS, donne la victoire, par sa vaillance, à l'expédition de SPURIUS CARVILIUS MAXIMUS.
Les consuls MALLEOLUS et AEMILIUS, chargés d'un riche butin ramené de Sicile, abordent les côtes corses. Ils sont assaillis et dépouillés par les habitants du lieu.

231 ou 221 (avant Notre Ere):

Un autre consul romain, CAIUS PAPIRIUS MASO (ou NASO), remporte une victoire à La Mortella, du côté nord, dans le golfe de San Fiurenzu. CAIUS PAPIRIUS MASO élève un temple sur la source de Padula au flanc de la Punta alla Paglia (près de Vizzavona).
Les Corses, retirés dans les montagnes, infligent de lourdes pertes aux Romains de CAIUS PAPIRIUS MASO, notamment dans le Fiumorbu.
Une paix est enfin conclue qui accorde aux insulaires les Droits des peuples latins et un protectorat qui durera plus de 50 ans.
La Sardina Corsa devient la Deuxième Province Romaine.

227 ou 225 (avant Notre Ere):

Le régime provincial est accordé à la Corse. Mais les indigènes se cabrent devant une domination qui s'impose à eux sans qu'ils aient été consultés, et qui leur semble faite pour des fonctionnaires sans scrupules.
Les légions de PORCIUS CATO et de l'annaliste QUINTUS FABIUS PICTOR pillent la Corse et exigent des rançons.

217 (avant Notre Ere):

Le consul GNAEIUS SERVILIUS GERMINUS est sur les côtes corses avec 120 navires. Il fortifie les côtes, exige des otages, menace Aleria...
Les Carthaginois envoient une flotte de 70 navires, destinés à opérer la jonction avec celle de leur général HANNIBAL (247,183) dans la baie de Bunifaziu.

216 (avant Notre Ere):

Le propréteur de Corse, AULUS CORNELIUS MAMMULA, pour combattre les Carthaginois, est prié d’aviser lui-même aux moyens de subvenir à ses besoins en Corse, Rome ne pouvant faire face aux dépenses lointaines.

212 ou 200 (avant Notre Ere):

Le général romain VALERIUS FALTO est envoyé en Corse avec 5000 légionnaires.

211 (avant Notre Ere):

Devant la menace carthaginoise, Rome décide d’envoyer deux légions (8000 hommes) en Corse.

210 (avant Notre Ere):

Afin de renforcer ses défenses, Rome décide d’un nouvel envoi de deux légions (encore 8000 hommes) en Corse.

207 (avant Notre Ere):

Incursion à Aleria de MAGON, le frère du général carthaginois HANNIBAL.
Rome envoie en Corse 100 navires, qui sont affectés à la défense de la province, sous le commandement de TIBERIUS CLAUDIUS.

205 (avant Notre Ere):

Les Romains capturent sur les côtes corses 80 navires carthaginois chargés de blé et d’approvisionnement destinés à HANNIBAL, (ou remplis de butin, pris sur les Etrusques, et de prisonniers ligures).

203 (avant Notre Ere):

MAGON, frère d'HANNIBAL, est mortellement blessé au cours d’un combat naval qui l’oppose aux Romains au large des côtes corses.

198 (avant Notre Ere):

CATON l'ANCIEN (234,149), nommé questeur en Sardaigne et en Corse, s'efforce de chasser de l'Ile les usuriers et les grands négociants romains qui veulent instaurer le règne de l'argent aux Corses.

190 (avant Notre Ere):

Aleria reçoit de Rome le statut de Ville Alliée.

184 (avant Notre Ere):

CATON l'ANCIEN, élu censeur, rentre à Rome.

182 (avant Notre Ere):

Nouvelles révoltes en Sardaigne et en Corse.

181 (avant Notre Ere):

Le prêteur MARCUS PINARIUS RUSCA, avec 8000 soldats, affronte les Corses en bataille rangée et massacre plus de deux mille rebelles. Il exige des otages et un poids de 100000 livres de cire.

179 (avant Notre Ere):

Nouvelle révolte des Corses: ils perdent 5000 hommes. Ils donnent 230 otages aux Romains. Leurs impôts sont doublés.

177 (avant Notre Ere):

Les Corses supportent très mal le joug imposé par les Romains. Leurs révoltes sont de plus en plus fréquentes.

176 (avant Notre Ere):

Deux légions, groupant 12000 fantassins et 600 cavaliers, sont envoyées en Corse.

174 (avant Notre Ere):

Le prêteur MARCUS ATILIUS gouverne la province de Corse.
MARCUS ATILIUS fait d’Aleria le véritable chef lieu de la province de Corse.
Un nouveau soulèvement oblige les Romains à intervenir: CORNELIUS SULLA débarque avec 5000 fantassins et 300 cavaliers.

173 (avant Notre Ere):

CAIUS CICEREIUS débarque de Sardaigne avec 1550 légionnaires et 300 cavaliers pour combattre les quelques milliers de fantassins et 200 cavaliers montagnards corses.

172 (avant Notre Ere):

La bataille entre CAIUS CICEREIUS et les Corses fait 7000 morts et plus de 1700 prisonniers corses. Les Corses sont imposés de 200000 livres de cire.

169 (avant Notre Ere):

Pour mater une nouvelle révolte, le Sénat de Rome décide l'envoi d'une armée consulaire de 50000 hommes.

167 (avant Notre Ere):

Nouvelle révolte corse.

164 (avant Notre Ere):

Nouvelle insurrection des Corses. Rome envoie pour la réprimer MARCUS JUVENTIUS THALNA qui écrase cette rébellion.

163 (avant Notre Ere):

A la mort de JUVENTIUS THALNA, les Corses reprennent aussitôt les armes contre les Romains.

162 (avant Notre Ere):

Le consul PUBLIUS CORNELIUS SCIPIO NASICA succède à JUVENTIUS THALNA. Il achève la pacification de l'Ile.
L'ordre romain règne en Corse dont Aleria est le chef lieu: C'est la Paix romaine (Pax Romana).

111 (avant Notre Ere):

Le prêteur CECILIUS METELLUS est nommé en Corse. Il met fin à la dernière révolte des Corses et à la conquête de l'Ile.
Les Corses auront perdu, dans ces combats contre l’envahisseur romain, 12000 à 13000 hommes, soit près de la moitié de la population de l'Ile.

105 (avant Notre Ere):

QUINTUS ANTONIUS est prêteur de Sardaigne et de Corse.

105 à 93 (avant Notre Ere):

Le consul romain MARIUS (157,86) fonde Mariana, (Colonia Mariana a Caio Mario deducta), sur l’emplacement de l’ancienne Nicée ou Nikaia, sur la rive gauche de l'embouchure du Golu, près de l'étang de Biguglia.

100 (avant Notre Ere):

MARIUS installe les vétérans de ses campagnes à Mariana.

81 (avant Notre Ere):

LUCIUS CORNELIUS SYLLA (138,78), dictateur de la République, envoie en Corse le consul METELLUS PIUS pour fonder une nouvelle colonie romaine à Aleria, destinée, comme d’autres, à ses soldats vétérans.

77 (avant Notre Ere):

Le consul MARCUS AEMILIUS LEPIDUS meurt en Corse, de maladie et de regret, à l’issue d’une révolte contre son collègue CATULUS.

67 (avant Notre Ere):

POMPEE (106,48), repousse victorieusement une attaque des pirates de Cilicie (des Turcs) en Méditerranée et en Corse.
POMPEE profite de sa récente gloire pour faire tomber sous sa coupe la province de Sardina Corsa.

57 ou 54 (avant Notre Ere):

EMILIUS SCAURUS, beau-fils de SYLLA, est gouverneur de la Corse. Il sera jugé pour cupidité, puis acquitté. Il est défendu par MARCUS TULLIUS CICERO, dit CICERON (106,43).

56 (avant Notre Ere):

POMPEE envoie pour légat en Corse, QUINTUS TULLIUS CICERO, le frère de CICERON.

47 ou 46 (avant Notre Ere):

Nouvelle colonisation d'Aleria par JULES CESAR. Il fait de cette région une colonie militaire de rapport. La ville d’Aleria est considérée par les Romains comme une CCVIRT: Coloni Coloniae Veneriae Iuliae Restituae Tertianorum.

46 (avant Notre Ere):

JULES CESAR se rend personnellement en Corse, à la tête d’une flotte. Il inspecte l’Ile pendant 27 jours. Il considère la province Sardina Corsa comme sa propriété particulière.

45 (avant Notre Ere):

Datation d'un bronze, provenant du site d'Aleria, un dupondius (double sesterce) de C. CLOVIUS.

44 (avant Notre Ere):

DIODORE de SICILE, qui visite la Corse, écrit, au sujet de ses habitants qu’ils observent entre eux les règles de la justice et de l'humanité avec plus d'exactitude que les autres barbares. Ils sont toujours certains de retrouver leurs brebis, sur lesquelles chacun met sa marque, et qu'ils laissent paître ensuite dans les campagnes sans que personne ne les garde. Il note également la présence de nombreux petits cours d’eau... et que l’Ile est très riche en bons mouillages. Il ne cite que seulement deux villes en Sardina Corsa: Calaris (Cagliari, en Sardaigne) et Nicée ou Nikaia (Mariana, en Corse). Il évalue la population de l’Ile à 30000 âmes.

43 (avant Notre Ere):

Après la mort de JULES CESAR, le deuxième triumvirat (celui d'OCTAVE, ANTOINE et LEPIDE), accorde la Corse, la Sardaigne et la Sicile, entre autres, à OCTAVE (63,14 après Jésus Christ). Celui-ci attribue une partie de ces terres à ses vétérans.

42 (avant Notre Ere):

L'écrivain historien romain SALLUSTE (86,35) rapporte une légende relative à la bergère ligure CORSA et son taureau, qui, en des temps reculés aurait découvert l'Ile, qui porte ainsi son nom, de Corsica.

40 ou 39 (avant Notre Ere):

SEXTUS POMPEE (le fils de POMPEE), préfet de la flotte romaine, réclame du Sénat, et obtient, après avoir affamé Rome, (ses lieutenants SEXTIUS MENAS et MENEDOROS interceptent tous les navires qui livrent le blé à la ville), par l’accord de Misène, les trois îles (Corse, Sardaigne et Sicile).
SEXTIUS MENAS et MENEDOROS installent en Corse une véritable base d’opérations pompéiennes, avec une flotte de galères rapides.

38 ou 37 (avant Notre Ere):

SEXTIUS MENAS et MENEDOROS, se rallient à OCTAVE et lui livrent l’Ile, la flotte et toutes les troupes, dont trois légions et de nombreuses troupes légères.

38 (avant Notre Ere):

La Corse devient province impériale (Provincia Caesaris), partagée entre OCTAVE et Rome.

32 (avant Notre Ere):

OCTAVE devient le véritable maître de la Sardaigne, de la Sicile et de la Corse. Il confie à MARIUS VISPANIUS AGRIPPA (63,12) le soin de tirer des chantiers corses, marins et navires.

30 (avant Notre Ere):

OCTAVE se montre bienveillant pour la Corse, et y installe une partie des cinq cents mille citoyens romains et vétérans qu’il conduit dans les colonies.

27 ou 24 (avant Notre Ere):

OCTAVE devient empereur à perpétuité sous le nom d'AUGUSTE; il reconstitue la colonie d'Aleria et accorde aux Vanacini, la tribu du Capicorsu, premiers Corses établis au bord de la mer que l’on connaisse, privilèges et bénéfices, en compensation des terres occupées par ses colons.

24 ou 20 (avant Notre Ere):

La Corse ne dépend plus que du prêteur de Sardaigne résidant à Cagliari. Elle est directement gouvernée par Rome. Son gouverneur reçoit le titre de Praeses.

9 (avant Notre Ere):

AUGUSTE et ses petits-fils sont attestés Praeses d'Aleria. La Flotte de Misène compte parmi ses bases Aleria et Mariana.

5 (avant Notre Ere):

Le géographe grec STRABON (58 avant Notre Ere,25 après Jésus Christ) décrit la Corse comme une île qui est mal peuplée: le terrain y est âpre, et, dans sa plus grande partie, elle n'offre que des lieux de difficiles accès.