Orsu Ghjuvanni Caporossi

Cronica di A CORSICA


















1201:

Au cours de ce treizième siècle débutent partout en Corse des constructions d'édifices romans, tels ceux, entre autres, de San Sarsoriu à Bastia, Sant'Agostinu à Bigornu, Santa Maria Maggiore à Bunifaziu, Santu Petru di Panicala à Furciulu, San Ciprianu à U Quarcitellu, Santu Petru à Santu Petru di Tenda.

1202:

Le prêtre BONACURSO, ancien chapelain de San Damianu di Capicorsu, prend l'habit bénédictin dans le monastère pisan de San Vito, en présence des moines et de l'abbé de La Gorgona.

1203:

Une amende très lourde est infligée à des bandits ligures, coupables d'avoir dévalisé des Génois. Cet argent servira à l'entretien du Castel Bunifaziu.

1209:

ROLANDO est évêque du Nebbiu.

1211:

OTTON IV (1209,1218), l'Empereur Germanique, prend partie pour Pise, son alliée, et ordonne à Gênes de restituer Bunifaziu aux Pisans.

1212:

Le Corse LANDOLFU de BELBA, de Siscu, fait quittance, en son nom et celui de son frère GERARDU, à l'abbé de La Gorgona de la somme de 15 livres, 12 sous et 4 deniers, que son frère avait déposé au monastère de San Vito.

1217:

CLEMENT, de Lucques, est évêque d'Aleria.
Le pape HONORIUS III (1216,1227) met Bunifaziu, convoitée par les Pisans et les Génois, sous la protection du Saint-Siège, et somme les Génois de lui remettre la ville.
Les Pisans sont en possession de pratiquement toute la Corse, sauf de la cité de Bunifaziu, qui est désormais tenue par les Génois.
24 Avril: Bulle de HONORIUS III (Superba et Ineffabilis) dans laquelle le pape donne à Gênes l'investiture d'une partie de la Corse, en récompense du dévouement que la République a constamment témoigné pour le Saint-Siège.

1218:

Les moines du monastère de San Vito rendent à OBERTU di LORETU une somme de 25 livres de Bologne.

1219:

HUGUES de BAUX, Français, devient, par alliance, juge de Cagliari et Marquis de Corse.
Naissance au château de La Rocca, près d'Ulmetu, de SINUCELLU, fils du seigneur GUGLIELMU della ROCCA, Cinarchese et allié de Pise.
Assassinat de GUGLIELMU della ROCCA par ses neveux ARRIGUCCIU et RANIERI, les fils de son frère GUIDU di CINARCA, partisan de Gênes. Son fils, SINUCELLU della ROCCA, est envoyé dans le Fiumorbu, puis à Pise.

1220:

Mort de GUIDU di CINARCA, frère de GUGLIELMU della ROCCA.
OPIZZU CORTINCU, un Corse, est évêque de Mariana.
Les Génois, qui refusent d'obéir à OTTON IV, s'installent de plus en plus dans l'Ile, et cherchent des alliances parmi les notables corses.
Le pape HONORIUS III confirme les décisions de GREGOIRE VIII concernant les moines du monastère de San Venerio (voir 1187).

1221:

Le marquis OPITHO, reconnaît avoir reçu du Corse GERARDU la somme de 100 livres génoises. Il donne comme gage à son créancier un terrain dans l'évêché de Mariana, le château de Prunetule, et d'autres biens sis en Corse.

1222:

Un Cinarchese, OPIZZU di CINARCA, frère d'ARRIGU, et un Biancolacci, GUGLIELMU BIANCOLACCI tous deux chevaliers, demandent et obtiennent la citoyenneté bonifacienne, et rallient ainsi les Génois.

1223:

CONRADO MALASPINA, un marquis de Ligurie qui s'est retiré en Corse, fait don à Gênes de son château de Parodi.
BELDIA, veuve de DAVINU di RUGLIANU, et le prêtre BONACURSO, châtelain de San Niculaiu di Tuminu, lèguent des biens aux moines bénédictins de La Gorgona.

1224:

GOTTIFREDO arrive en Corse en qualité de légat du pape HONORIUS III.
Acte de donations corses au bénéfice du monastère de La Gorgona.

1225:

Nouveaux dons de BELDIA di RUGLIANU et du prêtre BONACURSO aux moines Bénédictins de La Gorgona (voir 1223).
CONFORCIUS, fils du prêtre LANDOLFO, ancien piévan de Luta, reçoit de l'abbé de La Gorgona, la somme de 10 livres pisanes, que son père avait déposées au monastère de San Vito.

1227:

Le pape HONORIUS III qualifie la Corse de Grande Isola.
Recrudescence en Corse des affrontements qui dégénèrent en de cruels combats. Cette situation est due à la rivalité entre Pise et Gênes. La souveraineté pisane va s'en ressentir.

1228:

NICOLAS, de Pise, est évêque d'Aleria.

1231:

Le pape GREGOIRE IX (1227,1241) déclare que l'abbaye la plus favorisée de Corse, est complètement dépravée et souillée de tous les vices des moines. Il confirme les décisions d'HONORIUS III concernant les moines de San Venerio (voir 1220).

1233:

GORGONALLU di TUMINU, après avoir offert aux moines de La Gorgona tous ses biens, devient frère convers de l'église pisane de San Vito. Le prêtre ALBERTUS, piévan de l'église de Santa Maria della Capella, est nommé procureur du couvent de La Gorgona pour tout le Capicorsu.

1234:

Dernières donations corses au bénéfice du monastère de La Gorgona.

1226:

GIULIELMUS est évêque d'Aiacciu.

1236:

ADELASIA d'ARBOREA, de Cagliari en Sardaigne, cousine par alliance de HUGUES de BAUX (voir 1219), rend hommage au Saint-Siège pour la Corse. L'épitaphe de son mari, ENZIO, un fils de FREDERIC 1er BARBEROUSSE, le qualifie de Roi des Corses.
Le père GIOVANNI PARENTI fonde les premiers couvents d'Observants Franciscains en Corse: Alisgiani, Biguglia, Nonza et Ornanu.

1237:

10 Mai: PANDOLPHO, l'évêque de Mariana, prête serment de fidélité à Gênes.
GIOVANNI BATTISTA PRESULATO est nommé évêque du Nebbiu.

1238:

GUGLIELMU BIANCOLACCI, de Cinarca (voir 1222), revendique pour sa fille le fief de Cinarca.
Premières traces de la médecine officielle, dans un testament d'un certain Maestru GUGLIELMU, à Bunifaziu.

1239:

LOMBARDO CUNEO est évêque d'Aleria.
HILDEBRANDO est évêque d'Aiacciu.
GUGLIELMO (VUILLIELMUS) est évêque de Sagone.
21 Février: Convention entre ARRIGU di CINARCA et GUGLIELMU BIANCOLACCI concernant les possessions des seigneurs de Cinarca (voir 1238).

1240:

Fondation à Bilia, près de La Grossa Sartè, d'une église pisane et d'un couvent franciscain, le sixième en date.

1241:

Prise d'Aleria par une flotte sicilo pisane. Toute la région est administrée par le Sénat de Pise et les consuls de la République toscane.

1242:

RODOLPHO (RODOLPHUS) est évêque de Mariana.

1245:

De retour de Pise, SINUCELLU della ROCCA rentre en Corse. Il prend possession de ses terres et gouverne sous la tutelle de la République de Pise. Il s'installe près de Quenza, dans son château de Contudine. Il s'oppose à son voisin et parent LADRU BIANCOLACCI, seigneur d'Auddé, de Capula, de Quenza et de Scupamene. Ce dernier l'attaque, avec l'aide de GHJUDICELLU BIANCOLACCI, de Bisughje.
SINUCELLU della ROCCA écrase LADRU BIANCOLACCI, qui est contraint de se réfugier dans sa forteresse de Capula, près de Livia. Il devient maître du pays entre Cilaccia et Bunifaziu.
SINUCELLU della ROCCA est connu désormais sous le nom de GHJUDICE di CINARCA (le Juge de Cinarca). Il s'empare des terres de l'Istria.
ANTONIO PIETRO PIOVANACCI est gouverneur d'Arbenza. Il est à l'origine de la famille Piovanacci de U Fulgetu.

1246:

GUGLIELMINO da MARE, fils d'ANSALDO, seigneur de Capraja (voir 1199), obtient du Génois AGOSTINO PEVERELLI, moyennant 4000 livres génoises, qu'il lui cède la totalité de ses droits sur la seigneurie de San Columbanu (Ruglianu) dont les Avogari avaient dépossédé sa famille (voir 1166).
OBERTO de GENTILE, un Avogari, partage son fief entre ses trois fils: Brandu, Siscu et A Petra Curbara pour le premier, Nonza, Olcani et Olmeta pour le second, Canari et Ogliastru pour le troisième.
8 Octobre: Aidé de troupes génoises et allemandes, GUGLIELMINO da MARE obtient de SOZZO PEVERELLI, le fils de GUGLIELMO (voir 1118) et de son fils GIACOMO, qu'ils lui vendent leurs propres droits sur leurs châteaux de MottiLuri), d'OvegliaCagnanu) et de Minerbiu.
CONRADO (CONRADUS) est nommé évêque du Nebbiu. Il succède à GIOVANNI BATTISTA PRESULATO (voir 1237).

1248:

Pise est souveraine de la plus grande partie de la Corse. La plupart des seigneurs lui rendent hommage. ALBERTO de BAGNAJA, seigneur de la région de Mariana, du Nebbiu et du Golu est l'un de ceux-ci. Il renouvelle l'allégeance à Pise faite par ses ancêtres, et est confirmé dans ses titres et possessions par la République toscane. Vingt quatre membres du lignage de Bagnaja (ou Bagnara) en font de même.
Le recteur de l'église Santa Riparata di Balagna donne à bail à des particuliers le terrain de Campu Iaconu, situé à Avortica, et la vigne qui en dépend, en échange de la dîme de tous les produits.

1249:

Des garnisons toscanes occupent les principales positions de l'Ile.
ORLANDU (CORTINCU) della PETRALLARRETTA est nommé évêque d'Aleria.
GUGLIELMINO da MARE obtient de ALDOBRANDU del CAMPU di LURI, un Peverelli, la cession de ses droits sur la partie du Capicorsu située entre CanistrelluA Petra Curbara), et Santa Maria della CapellaRuglianu et Luri). A Barrettali, il bat les Avogari et leur reprend la plupart de leurs terres, s'emparant ainsi de toute la partie nord du Capicorsu, et les obligeant à se contenter désormais de leur seule possession du sud (Brandu et Nonza).
GHJUDICE di CINARCA poursuit sa conquête du sud de la Corse. Il bannit en Sardaigne LADRU BIANCOLACCI, seigneur de Capula, dont il épouse la fille. Il prend l'Ornanu, qu'il enlève aux Ramundacci, et qu'il donne à son oncle TRUFETTA della ROCCA, premier seigneur de l'Ornanu, et fondateur de la famille d'Ornanu. GHJUDICE di CINARCA est maître de la plus grande partie du sud de la Corse, du col de San Ghjorghju à Bunifaziu. Pour rechercher une caution populaire à son action, il convoque une Cunsultà (assemblée générale).
Décès, en Corse, de GIOVANNI PARENTI, un des disciples de Saint FRANCOIS D'ASSISE (voir 1236).
Les Marquis de Massa possèdent encore, au nord, les pièves de Giussani (Olmi e'Cappella), Ostriconi (Belgudé) et Caccia (Castifau); en allant vers le sud est, tout le pays compris entre les châteaux du Rustinu et de Santa Lucia leur appartient, et à l'ouest, les pièves de Verde et de Petra Pola.

1250:

La mort de FREDERIC II affaiblit la situation de son alliée, la République de Pise. Le Génois GUGLIELMINO da MARE en profite pour parachever son œuvre de pacification de la région du Capicorsu.

1252:

23 Janvier: Le pape INNOCENT IV (1243,1254) publie un privilège dans lequel il cite et confirme toutes les églises cédées au monastère de La Gorgona: Santa Maria della Capella, dans le Capicorsu, San Niculaiu di Tuminu, San Cerbone di Valanetu, dans le Nebbiu, Santa Riparata di Balagna, Santa Lucia di A Marana, San Ipulitu di A Venzulà, San Martinu di Aquafrigida, San Sixtu di Nebbiu, San Cerlinu, Santa Susanna di , à Munticellu, San Ghjorghju, à Ruglianu, San Paulu di Meria, Sant'Augustinu, à Mursiglia. Dans cet acte de confirmation, ne figurent curieusement pas les églises suivantes, pourtant cédées au monastère: San Tomasu di Marinca (voir 1124), San Petru di Mosenthana (voir 1138), San Fruttuosu di Vallecalle (voir 1144), San Gregoriu di Nebbiu (voir 1116), San Niculaiu di U Salge (voir 1144), et San Mighele di Tassignanu (voir 1189).
25 Octobre GUGLIELMINO da MARE traite avec OBERTO de GENTILE, de Brandu, (un Avogari, voir 1246) et obtient de celui-ci, moyennant 2000 lires, la cession de ses droits sur Santa Maria della Capella, ce qui lui permet d'installer sa capitale au château de San Columbanu à Ruglianu, où il fait graver ses armoiries, identiques à celles des Ademar, installés en France. Ce château, sur un rocher escarpé, commande la route qui relie le port de Macinaghju au port de Centuri.
VINCENT (VINCENTIUS), évêque de Mariana, prête serment à Gênes.
Arrivée en Corse de membres des Servites de Marie (un ordre religieux de mendiants fondé en 1233 à Florence).

1253:

Une lettre du pape INNOCENT IV rappelle à l'évêque d'Aleria qu'il doit faire face aux agresseurs de son Eglise (pirate et gens du pays).
Des colons venus du bord de l'Arno, sont appelés, par l'évêque d'Aleria, à tenter de repeupler le site abandonné d'Aleria.

1254:

A Ruglianu, mort de GUGLIELMINO da MARE, seigneur du Capicorsu.
FREDERICO VISCONTI est l'archevêque de Pise.

1255:

Il faut une sentence de la cour de justice de Pise pour que le trésorier du monastère de San Vito rembourse au Corse ORLANDINU, tuteur de la fille de ASCINELLUS, originaire de Bagnaja, la somme de 48 livres, déposée au monastère, des années auparavant par celui-ci, pour sa fille.

1257:

LANDOLFO est évêque d'Aleria.
Assassinat, par GHJUDICE di CINARCA, de son cousin RANIERI di CINARCA, coupable de l'assassinat de son père GUGLIELMU della ROCCA (voir 1219). Il engage contre le fils de RANIERI une guerre qui sera longue et impitoyable.
IOHANNES di CARDETU, du Nebbiu, devient moine convers au monastère de La Gorgona, auquel il offre beaucoup de terres, maisons et vignobles.

1258:

Construction du château de Figari par les Génois.
Le Chapitre Général de l'ordre des Franciscains, réuni à Narbonne, cite les couvents corses de Bunifaziu, Calvi, Nonza, Biguglia, A Venzulà, Alisgiani et Ornanu.
LOMBARDUS est évêque d'Aleria. Il se rend à Pise.
Une sentence des juges de la commune de Pise autorise l'abbé du monastère de San Vito à entrer en possession des biens du Corse VIVALDU, condamné par défaut à payer le loyer d'une maison que le monastère lui loue.
4 Décembre GHJUDICE di CINARCA, par l'intermédiaire de son frère LADRU della ROCCA, reconnaît la souveraineté de Gênes et lui fait acte d'allégeance. Il fait don à la République d'une partie de ses possessions bonifaciennes.

1259:

10 Janvier GHJUDICE di CINARCA ratifie l'acte de son frère LADRU della ROCCA devant de nombreux témoins, notables de Bunifaziu. Il continue tout de même à se proclamer le vassal de Pise, et d'encaisser les impôts en son nom. Il attaque les seigneurs cinarcais, les Cinarchesi, dont il convoite les terres.
ARRIGUCCIU di CINARCA (dit Orecchiaitta), s'unit avec BUONU di SANT'ANTONINU, de Balagna. Tous deux demandent des secours à Gênes, laquelle leur envoie en renfort TOMASO SPINOLA avec 200 hommes.
ARRIGUCCIU di CINARCA est tué dans une embuscade, par les partisans de GHJUDICE di CINARCA. Celui-ci est, pour la première fois, directement engagé contre des troupes génoises, le corps expéditionnaire de TOMASO SPINOLA. Il sort vainqueur de cet affrontement et devient maître de Sant'Antuninu et de la Balagna.
ROLANDO est évêque de Sagone.

1260:

Confirmation par RANIERI de BAGNAJA de la donation faite par son père aux moines de La Gorgona (voir 1189).

1263:

L'évêque d'Aleria est à Pise.

1264:

Septembre: A la Cunsultà tenue en la cathédrale de la Canonica di Mariana, GHJUDICE di CINARCA se fait reconnaître seigneur et souverain de toute la Corse. Seule, la cité de Bunifaziu reste administrée par les Génois.
Un seigneur du Nebbiu, GHJUVANNINELLU della PETRALLARRETTA, un Cortinchi, refuse de se soumettre à GHJUDICE di CINARCA.

1265:

GHJUDICE di CINARCA met en place un gouvernement, qu'il veut pacifique et équitable. La répartition des tailles est la suivante: Trois livres de Gênes, pour les plus riches, deux livres de Gênes pour la classe moyenne et vingt sous pour les plus pauvres.

1266:

Seule la cité de Bunifaziu ne dépend pas de GHJUDICE di CINARCA; elle demeure place forte génoise, et sert de base aux troupes de la République. C'est de son port que l'amiral génois LANFRANCO BORBORINO, avec ses 27 galères, embarque pour chasser les navires vénitiens qui croisent au large de la Sardaigne.

1267:

IMERO (IMERIUS) GUARDALUPO est l'évêque d'Accia.
La querelle qui existe entre GHJUDICE di CINARCA et GHJUVANNINELLU della PETRALLARRETTA partage le pays en deux clans: Celui de GHJUDICE di CINARCA, avec UGO CORTINCU, seigneur de La Petrallarretta, près de Muratu, dans le Nebbiu, avec les Cortinchi de la Casinca, les seigneurs de Poghju di Nazza, de San Columbanu, de Bracaghju, et celui de GHJUVANNINELLU della PETRALLARRETTA et GUGLIELMU CORTINCU, du Nebbiu, avec PERNICE CORTINCU de U Castellà di Casinca, des partisans de Biguglia, San Columbanu, Sant Antuninu et Bracaghju.

1268:

Fondation génoise de Calvi: Un Avogari, GHJUVANNINELLU della PETRALLARRETTA (ou di LORETU ?), allié de Gênes, édifie un fortin (la citadelle) sur la colline où s'élève la ville actuelle.
6 Mai: Les habitants de Calvi, pour la plus grande part Génois, reçoivent les mêmes privilèges que ceux de Bunifaziu, par un décret de la République de Gênes.
GHJUDICE di CINARCA extermine les troupes des partisans de GHJUVANNINELLU della PETRALLARRETTA, à L'Isulà, avec l'aide de quatre galères envoyées et armées par la République de Pise. Pour protéger la Balagna et le port de L'Isulà, il construit le château d'Ortica, à Culumbaghia, près de Munticellu.
Battu par GHJUDICE di CINARCA, le fondateur de Calvi, GHJUVANNINELLU della PETRALLARRETTA, s'exile à Gênes.

1269:

Un Marquis de Massa, ISNARDO MALASPINA, un Obertenghi, est envoyé sur l'Ile par Pise, avec 600 soldats, pour combattre GHJUDICE di CINARCA. Il est nommé gouverneur de la Corse.
ANDREA MALASPINA fonde le village de Belgudé.
OPIZZO PERNICE, l'évêque de Mariana, se fait ériger une résidence (Bel Fiurito) légèrement au sud du Golu, sur une colline de la Casinca, U Viscuvatu.

1270:

NICOLAO FORTIGUERRA, de Sienne, est évêque d'Aleria.
Sous l'impulsion de l'évêque NICOLAO FORTIGUERRA, début de la construction de l'église de San Duminicu, à Bunifaziu, par les Templiers.
Arrivée des Dominicains en Corse.

1271:

Reconstruction de l'église de E Valle di Campulori, près de Cervioni.

1272:

GHJUVANNINELLU della PETRALLARRETTA débarque en Corse, à proximité de Calvi, où ses partisans de Sant'Antuninu viennent le rejoindre.
GHJUDICE di CINARCA est obligé d'abandonner Calvi et sa région aux alliés de GHJUVANNINELLU della PETRALLARRETTA, les Avogari de Nonza. Il se retire dans sa Rocca du Dilà.
Des citoyens pisans (des pêcheurs), installés en Corse près de l'étang de Chjurlinu portent plainte devant Gênes contre les spoliations dont ils sont victimes de la part des habitants de Bagnaja.
Les Génois fondent une colonie près d'Aiacciu, sur l'emplacement actuel de Castellu Vechju, le Castel Lombardo, étroitement inspiré de Bunifaziu. 100 familles ligures s'y installent. Elles bénéficient de secours (en nature et en espèces) et d'exemption d'impôts.

1274:

La colonie d'Aiacciu, le Castel Lombardo, occupée par les Génois, est enlevée par la flotte de CHARLES 1er d'ANJOU, le Roi de Sicile (1266,1285), frère du Roi de France LOUIS IX, Saint Louis (1226,1270). Elle est complètement détruite.
BARTOLOMEO de BENEVENTO est évêque d'Aleria.
La République de Gênes, irritée par l'attitude de GHJUDICE di CINARCA, convoque ce dernier devant ses Capitaines du Peuple.
MATTEO (MATTEUS) est évêque de Mariana.

1275:

RODOLPHE 1er de HABSBOURG, Roi des Romains (1273,1291) confirme avec tous les nobles d'Allemagne, l'appartenance de la Corse aux Etats Pontificaux.

1276:

27 Octobre: GHJUDICE di CINARCA fait de nouveau acte d'allégeance à Gênes.
11 Décembre: GHJUDICE di CINARCA rend un nouvel hommage à Gênes en la personne de PASQUALE da MARE, le podestat de Bunifaziu. Il reste malgré tout un inconditionnel de Pise.

1277:

Une bulle du pape NICOLAS III (1277,1280) évoque les atteintes portées aux biens des Bénédictins en Corse. Le pape confirme les donations faites au monastère de La Gorgona.
Acte de fermage des terres de Muntanacciu (vaste domaine s'étendant de la piève de Ruglianu jusqu'au village d'Ersa) appartenant aux Bénédictins de Corse: Une moitié est affermée à ORLANDINU NOCCOLO, l'autre à LANDOLFINU VIRDO. L'acte est reçu par le notaire NICULINU TESTA.
Des émissaires génois rappellent son engagement vassalique à GHJUDICE di CINARCA. Ce dernier menace gravement le district de Bunifaziu, domaine direct de la ville, s'étendant du golfe de Ventilegne, à l'ouest, à celui de Santa Manza à l'est. Les Génois réagissent par l'intermédiaire de OBERTO DORIA et OBERTO SPINOLA.

1278:

20 Janvier: GHJUDICE di CINARCA jure à nouveau fidélité à Gênes devant PIETRO MATEO DORIA, le podestat de Bunifaziu.
2 Février: Privé du secours de Pise, GHJUDICE di CINARCA ratifie son allégeance à Gênes.
16 Mai: Les habitants de la cité de Bunifaziu sont gratifiés de nouveaux et importants privilèges par leur protectrice, la République de Gênes.
Juillet: Le pape NICOLAS III charge l'évêque de Mariana de rendre justice aux moines du monastère de La Gorgona auxquels certains Corses refusent de rendre les terres qu'ils occupent sur l'Ile.
GHJUDICE di CINARCA conclut, avec Gênes, un traité par lequel il confirme la donation de ses terres bonifaciennes (voir 1258). Il distribue ses terres à ses quatre fils: La Rocca à son aîné ARRIGUCCIU, son fief de Taddà, à ARRIGU (Strambù), l' Istria à SALNESE et la Punta di Rizeni, à l'embouchure du Rizzanese, à UGULINU. Tous ces territoires, dans le sud de la Corse, sont appelés la Terra di'Bastardi.
GHJUVANNINELLU della PETRALLARRETTA est confirmé dans ses terres par Gênes.
Un Generale Vicario est chargé de recevoir en Corse, l'allégeance des seigneurs fidèles à Gênes.
Les Calvais s'insurgent contre l'autorité des Pisans, et se rallient aux Génois.
Calvi est dotée par les Génois des mêmes avantages statutaires que Bunifaziu.

1279:

Les Electeurs et Princes allemands ratifient l'appartenance de la Corse aux Etats Pontificaux.

1280:

GHJUDICE di CINARCA stipule un nouvel accord avec les Génois, dans lequel il n'entend pas être traité en vassal.
Le prêtre IOHANNES, recteur de l'église de San Carbone di Valanetu, et procureur de l'abbaye de La Gorgona, donne à bail emphytéotique à VIVALDUZZU, de Macinaghju, un domaine sis à Cardetu, contre une redevance annuelle d'un nuid de blé.

1281:

La détérioration des liens, due en grande partie à GHJUDICE di CINARCA, entre Pise et Gênes, est à son apogée.
Le prêtre de la piève de Brandu vend sa récolte de vin, à des Pisans, pour les dix années à venir.

1282:

24 Mai: Gênes envoie en Corse l'amiral NICOLINO ZACCARIA, deux capitaines, FRANCESCO di CAMILLA et NICOLO da PRETACIO, avec 4 galères, 200 cavaliers et 500 soldats, pour en terminer avec GHJUDICE di CINARCA.
1er Juin: La rencontre avec GHJUDICE di CINARCA a lieu près de Figari. Le Corse, battu, se replie sur Aleria d'où il s'embarque pour Pise.
A U Viscuvatu, les évêques de Mariana, d'Accia et du Nebbiu, affirment leur appartenance à la République de Gênes.
15 Juillet: ROLANDINU di LACCIU jure fidélité à Gênes. Il est maintenu dans sa possession du Castel Sant'Anghjelu et de ses terres de Casinca.
A Pise, GHJUDICE di CINARCA réaffirme son allégeance à la République toscane, laquelle lui porte secours: Une flotte pisane de seize galères, sous le commandement de l'amiral ROSSO BUZZACHERINO, l'accompagne, et il débarque à Aleria. Il récupère ses terres de Cinarca.
Les flottes pisanes et génoises, se concentrent et se cherchent, en vue d'un affrontement massif. Le capitaine génois GUILLERMO FERRARIO, venu renforcer la garnison de Calvi avec quatre galères, est pris en chasse dans le golfe du Nebbiu par sept galères pisanes. Quatre navires de Pise sont coulés.

1283:

Construction ou bénédiction de l'église San Mighele à<